[Unboxing] Metroid Dread : déballage de l’Edition Spéciale

Sorti depuis le 8 octobre en édition standard et en édition spéciale, on n’entend plus parler que de lui ces derniers jours: je parle évidemment de Metroid Dread. Alors que Metroid Prime 4 est absent de la scène vidéoludique depuis bien trop longtemps, Samus nous délecte tout de même de sa présence sur Nintendo Switch dans ce nouveau Metroid en 2D.

En attendant mon avis, qui arrivera prochainement, petit déballage maison de l’édition spéciale, collector de la muerte 2 pour les intimes, de ce Metroid Dread, achetée par mes soins.

Voici ce qu’elle contient:

  • le jeu Metroid Dread en version physique
  • un steelbook
  • 5 lithographies
  • un artbook de 190 pages

En recevant mon édition spéciale et en la déballant du carton d’emballage, 3 choses m’ont frappé: son poids, sa taille (pour l’anecdote, il s’agit de mon tout premier collector sur Switch, l’émotion et la fierté sont d’autant plus fortes) et son « blister ».

En effet, le blister plastique habituel a été remplacé par un surcarton en plastique semi-rigide façon boîte de protection que beaucoup de collectionneurs utilisent pour protéger les boîtes en carton des jeux d’antan (NES, Super NES, Nintendo 64).


Petit comparatif de taille par rapport à un jeu Swicth


Pour autant je ne suis pas bien sûre que ce surcarton ait été pensé pour être gardé, plastique assez mou, attaches qui peinent à rester fermées, un conseil ne le triturez pas trop si vous souhaitez le garder.

La boîte en carton de cette édition spéciale est dotée d’une face recto-verso très plaisante à regarder. Samus y est en tête d’affiche, plus belle que jamais!

Passons au contenu. Une fois le carton du dessus délicatement retiré, nous découvrons donc le steelbook du jeu et une mystérieuse pochette cartonnée à l’effigie de la licence.

Gros plan sur le steelbook:



Le fourreau cartonné renferme 5 lithographies au design holographique qui rendent hommage aux opus 2D de la licence, de Metroid sur NES à Metroid Dread, évidemment, en passant par Metroid Fusion de la Gameboy Advance, entre autres.

Revenons au contenu de notre boîte, dans laquelle nous avons découvert sous la pochette, l’édition physique standard du jeu.

Jusqu’ici, rien ne justifie ce poids qui m’a tant étonnée au moment de la réception. Il faut donc fouiller un peu plus et soulever le faux fond pour découvrir l’artbook.

Y sont inscrits ces quelques mots: Metroid Mission logs, Journal de missions.

Avec sa couverture rigide cet artbook ravira les fans et collectionneurs, tant par son aspect visuel que son contenu qui une fois de plus rend hommage aux opus précédemment cités. Character design et artworks sont de la partie pour ravir nos pupilles.

C’est ainsi que s’achève ce déballage maison. Petite photo du tout pour le plaisir des yeux!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :