[Avis] Astral Chain: un jeu vidéo orné de platine?

Lors du Nintendo Direct du 13 février 2019, les joueurs ont découvert l’existence d’un certain Astral Chain, le nouveau bébé de PlatinumGames (Nier Automata, la saga Bayonetta, feu Scalebound, et bien d’autres) développé exclusivement pour la Nintendo Switch. A peine plus de 6 mois plus tard, Astral Chain a bien l’intention de nous montrer ce qu’il a dans le ventre. S’ajoute-t-il aux indispensables de la Switch? Voici donc ce que j’ai pensé du nouveau phénomène de PlatinumGames!

1. Legion!

Nous sommes en 2078, la Terre est menacée par des créatures venant d’un autre plan appelées les Chimères, obligeant les derniers habitants à se réfugier sur une île artificielle, l’Arche. Afin de lutter contre cette invasion, une poignée de survivants ont créé Neuron, une division de forces spéciales dont ses soldats ont un pouvoir incroyable, celui d’enchaîner une chimère et la faire combattre à leur côté. C’est alors qu’elles deviennent des Légions. Tout au long de l’aventure, nous suivons des jumeaux qui suivent les traces de leur père adoptif pour intégrer Neuron et devenir eux-mêmes des Legionis et porter leur propre Legatus (le dispositif qui permet de contrôler la chaîne astrale). Mais leur première grosse affaire va tourner au cauchemar et dévoiler leur pouvoir surhumain. Le destin de l’humanité est dorénavant entre leurs mains.

Si le scénario semble s’annoncer captivant, j’ai personnellement trouvé qu’il n’arrivait malheureusement pas à trouver son équilibre au fil des heures. Tantôt trop rapide, tantôt trop vague, il s’est avéré simpliste et prévisible, sa fin beaucoup trop expéditive ne sera pas là pour me contredire. Il tente les coups de théâtre sans trop s’attarder dessus et laisse même certaines questions sans réponses. On notera également la présence de quêtes annexes inintéressantes que j’ai à la longue préféré ignorer. Mais aussi contradictoire cela puisse être, Astral Chain a su garder toute mon attention et je n’ai pas lâché les joycons pour autant. Il m’aura donc fallu un peu plus de 15h pour venir à bout de cette épopée.

2. Action/réaction!

Malgré son scénario à mon goût pas aussi magistral que je l’aurai espéré, Astral Chain a d’autres excellents arguments. Notamment du côté de son gameplay. Dynamique, nerveux et ô combien varié et exigeant. Au total, Astral Chain se décortique en 3 phases de gameplay différentes: combats, enquêtes et plateformes.

Comme je m’y attendais fortement, ce sont les phases de combats qui sont les plus passionnantes et demandent un sens de la réactivité bien affûté. Astral Chain est un beat’em all et il l’assume pleinement! Mais attention car les Légions ne se maîtrisent pas en un claquement de doigt et il faut apprendre à tirer partie de chacune de leurs fonctionnalités sans oublier les multiples façons de les améliorer. Arbres de compétences, niveaux, attributs, capacités, il faudra exploiter chaque petit brin d’amélioration pour venir à bout de l’expérience sans trop d’encombres. En bref, PlatinumGames n’a pas hésité à innover en termes de jouabilité, car malgré leurs attaques « automatiques », il est également possible de contrôler nos Légions en même temps que notre personnage. Dis comme ça, ça parait compliqué, et vous avez raison, mais rassurez vous, une fois les touches assimilées, ça passe tout seul, ou presque. Si les Légions font partie intégrante du gameplay, il ne faut pas délaisser notre personnage (homme ou femme, l’un des deux jumeaux vous l’aurez deviné) pour autant et sa maîtrise en est tout aussi importante. Il faut également apprendre à connaître nos armes et leur utilité et surtout utiliser sans modération les combos. Malgré tous ces aspects à assimiler, les phases de combats ont été un pur bonheur jusqu’au dernier, malgré un boss final réticent à vouloir tomber sous mes coups.

Si vous voulez tester votre rapidité, les phases de plateformes sont faites pour vous. Malheureusement elles se dévoilent souvent frustrantes si nous ne connaissons pas le gameplay sur le bout des doigts.

Les phases d’enquêtes quant à elles, permettent un certain répit bien mérité entre deux combats. On leur reprochera éventuellement leur facilité comparé au reste du jeu car elles reproduisent toujours plus ou moins le même schéma: on interroge les habitants à proximité, on active notre IRIS pour dévoiler un élément de l’environnement utile et éventuellement on fait appel à une Légion bien connue des forces de l’ordre et elles se terminent par un debriefing complet sur ce que l’on a appris sans possibilité aucune d’échouer vu que notre coéquipier présent saura nous remettre sur le droit chemin. Sauveur de l’humanité oui, mais policier avant tout.

Malgré quelques défauts de prise en main, Astral Chain propose un gameplay complet et assez varié pour éviter toute forme de répétitivité, un point fort appréciable. Attendez vous toutefois à vous emmêler parfois les pinceaux pendant les combats de boss.

3. La Switch plus surprenante que jamais!

La Switch a pour réputation d’avoir une puissance discutable il faut l’admettre. On ne sait jamais trop à quoi s’attendre et même si elle a su nous impressionner sur de nombreuses exclusivités, le cas d’Astral Chain était difficile à croire. Et pourtant, il est d’une incroyable beauté à sa façon. On remarquera très facilement son aliasing omniprésent surtout en mode portable, et pourtant il est réellement épatant! Son univers futuriste, ses déluges de particules, sa mise en scène épique, son bestiaire fourni et sa direction artistique des plus originales, Astral Chain m’a vraiment impressionnée.

Grâce à Astral Chain, PlatinumGames est une fois encore le maître d’une petite pépite du jeu vidéo. Malgré certains aspects que j’ai peu ou pas apprécié, notamment les quêtes annexes que j’ai souvent trouvé barbantes, il n’en reste pas moins un jeu exceptionnel et un indispensable de la Switch. Malgré son scénario trop peu exploité à mon goût, je suis restée enchaîné à mes joycons durant une quinzaine d’heures aussi épique que jouissive. Son univers et son gameplay novateur m’en a fait voir de toutes les couleurs et pourtant à aucun moment je n’ai décroché. Même si cette fin d’année s’annonce encore chargée en très bon jeux, Astral Chain est sans nul doute un réel coup de cœur. Inoubliable!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :